Science-oasis

Vous n'êtes pas connecté. Connectez-vous ou enregistrez-vous

pourr -t-on un jour réparer l'ADN avec un rayon laser??

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas  Message [Page 1 sur 1]


Pourra-t-on un jour réparer l'ADN avec un rayon laser ?
Par Jean-Luc Goudet, Futura-SciencesSur le même sujet
A l'aide d'un laser à impulsions, il est possible de repérer la séquence des bases constituant un brin d'ADN. C'est ce que vient de démontrer une équipe allemande, qui conclut à la possibilité d'analyser rapidement le code génétique, voire d'agir sur lui pour réparer une mutation... ou pour réaliser un calculateur à ADN.
Le point de départ de ce travail est la tentative de résoudre une énigme de biochimie. L'ADN présente – heureusement – une tolérance assez grande aux rayons ultraviolets. A fortes doses et surtout à des fréquences élevées (les UVB étant plus dangereux que les UVA), ce rayonnement peut induire une modification chimique de l'ADN. La lumière agit, plus précisément, sur deux des quatre bases azotées, ces molécules portées par le brin d'ADN et dont la succession forme le code génétique. Il s'agit de la thymine et de la cytosine. Une mutation peut se produire ensuite, lors d'une copie du gène, quand une mauvaise base est intégrée face à cette lésion.
Mais face aux rayons UV qui traversent l'atmosphère et parviennent jusqu'aux organismes terrestres, les chromosomes résistent plutôt bien, faute de quoi la vie serait toujours cantonnée au fond des océans...
Les études menées sur les bases isolées avaient mis en évidence des mécanismes expliquant assez bien cette « photostabilité », c'est-à-dire la résistance de ces molécules aux rayonnements lumineux. Mais ces mécanismes ne semblent pas efficaces au sein même du brin d'ADN. Là résidait l'énigme. Il doit donc exister un autre phénomène à l'origine de la photostabilité de l'ADN.
C'est ce qu'ont cherché à comprendre Nina Schwalb et Friedrich Temps, de l'Institut de chimie physique à l'université de Kiel (Allemagne), à l'aide d'un laser capable d'envoyer des impulsions dont la durée se mesure en femtosecondes. En testant de multiples configurations d'ADN de synthèse, ces deux chercheurs ont mis en évidence, pour la première fois, une variabilité de la réaction du brin d'ADN selon la succession des bases. En d'autres termes, les différentes régions du code génétique ne sont pas toutes aussi résistantes à la lumière UV. « L'ADN atteint sa grande photostabilité grâce à sa structure en double hélice, conclut Friedrich Temps. Les interactions entre les bases successives et les liaisons hydrogène entre les deux brins jouent un rôle essentiel. »
Un œil neuf sur l'ADN
Les différences tiennent au temps total de la réaction physique. Sous l'effet de l'impulsion laser, les molécules absorbent de l'énergie et l'évacuent ensuite en réémettant des photons : c'est le mécanisme classique de la fluorescence. Nina Schwalb et Friedrich Temps ont réussi à mesurer précisément ce délai et observent qu'il varie beaucoup selon la séquence de bases concernée. Le minimum est de 100 femtosecondes mais il peut être des milliers de fois plus long.
Première application possible : repérer une séquence génétique à l'aide d'un laser, c'est-à-dire beaucoup plus rapidement qu'en faisant appel aux méthodes chimiques habituelles. Les chercheurs imaginent des possibilités plus vastes s'il s'avère possible de mieux comprendre les phénomènes en jeu et de relier les séquences génétiques à des propriétés physiques. A long terme, expliquent-ils, il sera peut-être possible, à l'aide d'une impulsion laser, d'échanger une base contre une autre, par exemple pour réparer une mutation.
La possibilité d'utiliser la molécule d'ADN pour réaliser des nanostructures ayant déjà été explorée, les deux chercheurs allemands voient bien d'autres opportunités supplémentaires. « Il pourrait être même possible dans certaines circonstances de fabriquer des transistors avec de l'ADN qui travaillerait grâce à leurs liaisons hydrogène... »
Ces applications sont certes très hypothétiques mais elles illustrent bien les changements conceptuels qui apparaissent inévitablement lorsque des scientifiques d'un autre domaine – les physiciens ici, en l'occurrence – investissent un secteur réservé jusque-là à d'autres, ici les biochimistes...

Voir le profil de l'utilisateur

The king

avatar
Super Admin
Super Admin
merci lyly pour le sujet yess


_________________

www.science-oasis.onlc.fr
Voir le profil de l'utilisateur http://www.science-oasis.onlc.fr
je tempris mon king Wink

Voir le profil de l'utilisateur

Contenu sponsorisé


Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut  Message [Page 1 sur 1]

Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum